Rechercher dans ce blog

7.28.2014

CHEMIN DE DAMAS ...






Nos yeux se déplacent tous les cinquantièmes de seconde, nous faisons dans notre tête des additions et des soustractions de ces arrêts sur image, les résultats se mêlent à des souvenirs tirés par les cheveux de notre mémoire... Ils nous changent l'humeur ou nous enfoncent dans nos trous, peu importe .Il arrive qu'avec un hasard de plus ou de moins, plus un brin de conscience et trois secondes de réflexion, nous jetions un oeil sur ce que nous avons déclenché... Nous ne saurons jamais quelle fut la part des choses, de nous-mêmes et de nos aptitudes à tisser des liens entre notre ignorance et l'indifférence de ce qui nous entoure... Avons nous prouvé que nous sommes quelque part, que nous l'étions et que bientôt nous serons ailleurs?... Nous ne sommes pas plus près des êtres et des choses quand ils passent à travers des lentilles, nos "capteurs" fabriquent nos illusions et nos suffisances, ils laissent filer la présence du monde comme dans nos mains l'eau de mer entre les doigts... Il nous reste un peu de l'écume des jours ... Tels sont les paysages en photographie, à refaire jour et nuit pour le lendemain, défraîchis de la veille, tout juste témoins d'un passage sans importance, mais nécessaires à l'investigation d'une seconde plus ou moins fatale que la précédente et la suivante...
Le Soleil s'est arrêté sur le chemin de Damas.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

:-))