Rechercher dans ce blog

7.28.2014

CHEMIN DE DAMAS ...






Nos yeux se déplacent tous les cinquantièmes de seconde, nous faisons dans notre tête des additions et des soustractions de ces arrêts sur image, les résultats se mêlent à des souvenirs tirés par les cheveux de notre mémoire... Ils nous changent l'humeur ou nous enfoncent dans nos trous, peu importe .Il arrive qu'avec un hasard de plus ou de moins, plus un brin de conscience et trois secondes de réflexion, nous jetions un oeil sur ce que nous avons déclenché... Nous ne saurons jamais quelle fut la part des choses, de nous-mêmes et de nos aptitudes à tisser des liens entre notre ignorance et l'indifférence de ce qui nous entoure... Avons nous prouvé que nous sommes quelque part, que nous l'étions et que bientôt nous serons ailleurs?... Nous ne sommes pas plus près des êtres et des choses quand ils passent à travers des lentilles, nos "capteurs" fabriquent nos illusions et nos suffisances, ils laissent filer la présence du monde comme dans nos mains l'eau de mer entre les doigts... Il nous reste un peu de l'écume des jours ... Tels sont les paysages en photographie, à refaire jour et nuit pour le lendemain, défraîchis de la veille, tout juste témoins d'un passage sans importance, mais nécessaires à l'investigation d'une seconde plus ou moins fatale que la précédente et la suivante...
Le Soleil s'est arrêté sur le chemin de Damas.


FAIRE LE PAYSAGE ....





37 + 18,5 = 55,5 mm de focale équivalent 24x36 , pour ce MIR-1B monté sur un Pentax numérique, fermeture à 8, la profondeur de champ calée à 5,6, soit de 2 mètres cinquante à l'infini. Le paysage passe dans un système physique où des inconnus mêlent des courbes à des équations. La lumière étant ce qu'ils croient, l'oeil étant ce qu'on peut en savoir, le nerf optique et le cerveau des uns ressemblant peu ou prou à celui des autres, les ingénieurs se mettent d'accord sur ce qu'on doit considérer comme net et contrasté pour un certain prix de revient ... Les clients fortunés, daltoniens ou affligés de strabisme, font monter les enchères et des physiciens de haute volée leur concoctent des optiques somptueuses, mécaniquement irréprochables et dont le rendu pète le feu... Bien qu'ils ne soient pas philosophes, les industriels font de la prose sans le savoir et chacun sait que les optiques des uns ne révèlent pas le monde comme celles des autres... Les écoles françaises et allemandes ont eu leurs générations de sorciers, puis les japonais firent presque aussi bien pour trois fois moins cher... Mais le record de l'intelligence consistait en optique à faire ce que font les meilleurs pour d'autres clients que les maharadjahs, les rois du pétrole ou les souverains en exil... Ainsi naquirent en Russie et Allemagne de l'est des cailloux robustes comme des kalachnikov, précis, liants et fermes dans les couleurs, les contrastes et les détails... qui varient entre 20 et 150 € sur le marché du web, aussi efficaces que les colliers de perles qui garnissent le cou des photographes mondains....Ces "Industar", "Pentacon", "Mir", "Hélios" et autres babioles ont en plus le mérite d'exceller sur les capteurs numériques, car ils sont peu garnis de couches anti-ceci ou cela... Ils se contentent de parasoleils ou de photographes peu obsédés par les contre-jours...
Où l'on voit que le paysage fait rarement la photo et que l'optique fait le paysage, combinée aux névroses ou curiosités de celui qui cadre et déclenche. Pour ce motif un certain rythme, une certaine organisation des masses, quelques manies et quelques attentions nous rapprochent de nous mêmes et de nos pouvoirs avec la complicité d'accessoires que les ignorants appellent "la Nature"...
 


UTILES PAYSAGES ...









Les paysages servent-ils encore? Ceux de Giorgione ou de Poussin mettaient de l'alchimie ou de l'ordre, faisaient la part des hommes où coururent les faunes, celle des bois où bramèrent les cerfs, celle de l'esprit où régnèrent les bêtes... L'oeil exercé de l'ancien monde distribua les routes, les carrefours, bâtit les granges et répartit les arbres... Les paysages se firent à la main, les forêts débardées par des attelages, les chemins creux et les fossés entaillés à la pioche, à la bêche... Nos morts nous ont fait le décor. Quelques exaltés s'empressent de s'y mettre, pulvérisent à tout va des joyaux de la chimie... se laissent guider par satellite... cavalcadent sur des pneus géants dans les vapeurs de gazole... Et bientôt les vents nous chanteront la douce complainte des banques, nous apporteront le chaud et le froid d'une étrange Terre Promise comme s'il pleuvait des bibles et des tables de multiplication sur nos pauvres salades... Car l'objectif est de rendre ce monde confortable et ses recoins utiles.
L'aventure n'est plus derrière les montagnes , mais sur les faces cachées de la Lune et de Mars, dans les bactéries-transistorisées, les antennes greffées sous la peau, la pesée quotidienne de l'oxygène donné et reçu... Regardons encore ce qui ressemble à ce que nous fûmes, comme penchés sur la nécropole des sueurs et des larmes perdues, nos photographies seront fort utiles aux parcs d'attraction et injections d'images fraîches dans le cortex des centenaires... Nous sommes aussi glacés que les lois que nous avons découvertes, nos jardins et nos désirs sont du marbre de nos idéologies pour débiles de bonne volonté... Nous sommes en foule et en concert du matin au soir, les forêts tropicales sont civilisées en rouleaux de papier cul par des chinois pour des enfants de Dieu... Quel jardin des délices! Nos derrières torchés aux essences rares de Bornéo! ... Laissons le Bonheur dans les Préambules, dans les poubelles qui débordent, qu'il pende sur les chapelets, aux barbes des hommes pieux, dans les slips et dans les chambres à gaz pour bananes de l'OMC... Ne promettons rien, payons-nous le luxe inouï de l'insignifiance et de la ligne d'horizon...

PASSE-TEMPS ....





Le temps n'est à personne, il passe comme passent les étoiles, les chagrins et les fleurs. On y échappe par la ruse en mettant du passé et de l'avenir dans les images, en laissant des mots aux bons soins des vents... Le temps est myope : s'il nous rattrape, il est facile de cacher nos bagages dans un coin, des inconnus les porteront . Quelqu'un prendra ceci ou cela puis s'en ira. Les dessins et les verbes font des sauts de puces d'une vie à l'autre, s'éloignent des lits de mort, résistent, logent au hasard des rencontres... Les horaires détestables, les temps contraints, les dates pénibles et les mensualités tueuses ne résistent pas aux voyages de l'âme... Il n'y a pas plus indifférent que le Soleil ou la Lune, plus sourd que la voie lactée, plus immobile que ton cadavre, ni plus drôle que les jeux de voyelles autour des consonnes, plus excitant que les ombres autour des lumières...

6.29.2014

L'OMBRE ET LA LUMIERE .....






Si nous avions le talent universel de la lumière et de l'ombre, nous aurions celui de l'absolue vanité des choses. Nous saurions que des étoiles tombent des poussières impalpables qui se traînent dans les vents stellaires, forment des nuages dont le plus infime dépasse mille milliards de fois l'empire d'Alexandre... Nous saurions que tout s'échappe de nulle part et que les paradis sont des folies passagères, comme les nuées qui vont des mers aux montagnes, arrosent les limaces et donnent de l'oxygène aux poissons... Nous parlerions la langue des tortues qui se grimpent sur le dos depuis deux cent millions d'années. Nous saurions qu'on n'explique pas le monde, qu'on l'épouse à la rigueur, bien heureux de trouver chaussure à son pied... Nous plaindrions les fondamentalistes des Nombres et de la Raison qui nous emmerdent depuis Socrate, nous éloignent des arbres et des bêtes, voient la nuit et rêvent le jour, nous maquillent en civilisés dans les banquets et les foires... Nous détesterions les prophètes hallucinogènes , renifleurs de paroles divines et autres ficelles à gêner la station debout, couper les cheveux en quatre et les femmes en rondelles... Nous observerions le zèle des cervelles à produire des déchets, des poisons, des excréments d'hydrocarbures et dix mille molécules servant à désodoriser les parties intimes, tuer les insectes, embellir les porcs et conserver les confitures.... Tous déchets qui vont à la rivière et à la mer, ainsi qu'hormones, et chimiothérapies pissées et chiées dans les porcelaines ... finissent dans les mollusques, les algues, les crustacés et les poissons puis se réinstallent dans les assiettes pour un deuxième circuit dans les artères et les lobes du foie, s'attardent dans les cartilages et les graisses au rythme de 5 ou 7 milligrammes quotidiens de colorants, métaux lourds, organochlorés etc... Pour la première fois dans son histoire le cerveau humain à l'image de Dieu tartine son pain aux 2000 additifs de sa merde chimique et technologique, se la mélange aux frites et viandes hachées, salades, oeufs, fromages et mayonnaises de sa gourmandise. Jamais serpent ne s'est mordu la queue avec tant de savoir faire, n'a roté avec autant d'ardeur au concert de ses amours et de ses digestions... Des milliards de singes nus, pesant le double du nécessaire, ayant excrété du pôle nord au pôle sud , vidé tant de poubelles, de citernes, de cuves, de containers, de valises, de wagons, de cales, de soutes et de gros intestins se lancent dans la grande aventure de l'auto-production et consommation de la mort via le boire, le manger, le souffle et l'empire du slip... Acharnés à croître, nuire, se précipiter sur leur planète pour talonner des têtes et des enfants, écrabouiller des gêneurs , se ronger mutuellement les chairs, triompher à jamais du courage et du savoir...

A VOIR ....




VRAI ET FAUX ......




On voudrait savoir pourquoi les têtes sont bonnes ou mauvaises.
Les savants et les philosophes travaillent la question depuis qu'il y a des têtes aux quatre coins du monde. Ils attrapent des migraines à force de percer les mystères de la nature mais leurs efforts ne semblent pas toujours récompensés. Il faut dire que la nature n'est mystérieuse que pour ceux qui l'observent. Les autres veulent que les mers soient des réserves de poissons crus, les montagnes des réserves de neige, les fleuves des bases de loisirs, les arbres des réserves de calories et les sols des réserves de propriétaires.
Comme la vérité ne paie pas, quelques menteurs de génie ont essayé le mensonge. Ils s'aperçurent que les illusions sont nécessaires, que les hommes enragent de les perdre. Ils dirent qu'ils avaient des visions, que les diables grouillaient dans le noir, que certaines créatures brillaient parfois d'une lumière divine. Ils ont caché des esprits dans les arbres, des nymphes dans les sources et des dieux sur les sommets. Ils ont raconté que les ombres des nuages et les étoiles du ciel gouvernaient le monde et que les hommes devaient être sages pour échapper aux catastrophes.
Quelques déluges, quelques explosions de volcans, quelques famines ont aidé les menteurs, mais les hommes, plus intelligents que les singes et plus petits que les éléphants avaient besoin d'empires et de pouvoirs. Ils s'arrangèrent pour tenir les filles en laisse et battre leurs femmes, puis comme il fallait d'autres astuces pour ne pas s'ennuyer ils se firent des guerres et se vengèrent, devinrent plus forts et plus sauvages que des loups... Mais un menteur exaspéré, plus menteur que tout ce qu'on peut imaginer, se déguise en agneau, raconte qu'il n'en a pas pour longtemps, dit qu'il descend du ciel, embrasse des misérables, crache sur l'or, commande à tous d'aimer les autres comme soi-même, se fait clouer sur une croix de bois, s'arrange pour disparaître de sa tombe et retrouver ses amis avant de s'envoler... On fête encore sa naissance, ses successeurs se déguisent toujours en agneaux et on se bat encore à Jérusalem pour savoir qui doit y faire le ménage.
Tous les menteurs n'ont pas l'envergure de ce Jésus de Nazareth, ni le vrai dégoût de l'espèce humaine (" Père, pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font..."). Mohamed l'arabe qui ne comprenait rien à l'amour du prochain, comprit que les hommes deviendraient des agneaux si Dieu était un lion. Car dans ce cas, il vaut mieux rester tranquille, respecter la loi et raser les murs. La barbe du prophète n'a pas fini de faire de l'ombre... Et Mohamed sut prouver l'épée à la main qu'Allah est toujours en train de créer le monde et d'occire les récalcitrants... Pour calmer les esprits. il réapprit aux humbles à triompher des femmes, interdit l'ivresse et les cochonnailles. C'est peut-être ici que réside la clé de son succès...
Les têtes gardent leurs secrets, avec ou sans Tables de la Loi. Les savants et les philosophes ont toujours des migraines. Les hommes ne sont ni meilleurs ni pires que les hommes. Il y a pourtant des fous et des enfants qui se lancent avec le sourire dans les recoins de la Terre, ils aiment les jardins de mots, les couleurs inattendues, les oiseaux de passage. Ils font de l'ombre et de la lumière en jouant avec le soleil. Ils ne voient pas le temps passer. Ils n'ont même plus le temps d'être bons ou méchants...


POUR VOIR SI ....









Un bandeau a été coupé en trois trapèzes.
A gauche une tête à l'envers et endormie. Au centre un trapèze plus dense, plus coloré et contrasté. Deux fragments de personnages s'y entassent avec des boules vertes sur fond gris. A droite , toujours sur fond gris, une espèce de monument en rouge à colonnes et marches d'escalier qui ressemble à un temple. Les couleurs sont parfois vives: les bouches, les chevelures, les vêtements, le temple, les yeux. Ailleurs sont amortis les ciels en gris plus ou moins pâles, les parties ombrées des visages, et les végétations en verts plus ou moins retenus. L'ensemble ne raconte rien, puisque ces fragments ne renvoient qu'à un vrac de scènes perdues dans un passé indéfini. Certes il y a le parti-pris d'une sorte " d'Antiquité " rêvée, à peine plus localisée que l'île des morts, un peu toscane, plus "renaissante" que sortie de l'archéologie. Ces fragments remontés ensemble par une main peu soucieuse de vraisemblance, d'envers et d'endroit, sont une manière de puzzle où les portions de couleur sont calées dans des formes précises et arbitraires à la fois. Des végétations réduites à des boules irrégulières, des chevelures en juxtaposition de croissants, un temple ou mausolée sans ornements, le vêtement en quelques morceaux à plat... les visages simplifiés en lignes, les yeux formant ellipse, les passages du clair au sombre réduits à des clôtures...
Cet agencement de réticulations découpées dans des plaques fait une sorte de mosaïque où l'activité de la peinture est dénuée de gestes, de modulations, de frémissements de matières, de tout le maniérisme habile qui fait la réputation des artistes de chevalet, cuisiniers de pâtes et agités du bocal. On ne verra pas ici d'explosions, de déchirures, de graffitis, de coulures, griffures, salissures et fientes à la gloire d'un ego en souffrance ou d'une société en panne... Pas de "collages" finauds pour en dire long sur les mules du pape, les vulves marchandes, les tortures d'innocents, les souffrances de pauvres et les flagorneries de riches... Pas d'enthousiasme communicatif. Pas de ricanement sur les gloires défuntes. On ne pisse ni ne virgule sur les peintures anciennes...
S'il est vrai que seuls les morts sont civilisés, il est aussi vrai que les vivants se fatiguent et meurent de trop de spirales autour du soleil. Tourner sur une boule n'est pas une vie. Il faut des mensonges et de la curiosité pour voir plus loin que le bout de son nez. Quel premier chaman s'est empiffré de psilotes pour voir les mammouths en rose, battre des ailes au-dessus des montagnes et copuler enthousiaste avec sa callipyge ? Les prophètes, grands orateurs hallucinés de l'avenir et dresseurs de peuples ont taillé des routes pavées de promesses, montré les chemins du ciel et désigné les portes des enfers... Il y en eut un qui se fit becqueter l'oreille par un pigeon déguisé en archange Gabriel... Ces camelots ont eu le mérite ou la méchanceté de faire travailler l'imagination des malades, de lancer les frustrés dans de saintes perversions, de plier les femmes à l'ingratitude des hommes et de rassurer chacun sur les troubles de sa vision. L'humanité prolifère et plus ils sont nombreux moins les hommes portent le poids du monde sur leurs épaules. Déchargés de trop de science et d'efforts, ils se racontent les uns aux autres et dressent les monuments de leur splendeur. Leurs ancêtres faisaient de la place aux bêtes, aux murmures d'une infinité de fées, de nymphes et de génies ... Ceux d'aujourd'hui tirent du pétrole et de leurs entre-jambes ce qui suffit à leurs étonnements et à leurs surprises. Il y a tant de couleurs, de bruits, de vitesse, de dangers et de plaisirs dans les cités, de vie souterraine et de courses poursuites que sous le soleil et la lune suffisent les bétons, les désirs et les chairs pour emplir l'existence et peupler le langage... L'Homme devient l'horizon de lui-même et la société sa neige éternelle ... Il ne peut plus désespérer de grand chose. Il suffit à son bonheur et son bonheur est clos. Encore une ou deux générations pour que les corps prennent le pli des substances porte-bonheur, que la mémoire soit déplacée dans les nuages, que les machines insinuent des ordres et dévoilent les lendemains ...
Il restera dans les cendres de nos feux de joie, des morceaux d'images, des découpes de mythes que les rescapés du Bonheur et du Réel s'amuseront à recoller, pour voir si .....

5.30.2014

FRINGALES ....








Tous les chemins mènent-ils à Rome?
"C'était un fameux navire que le navire du forban, il avait cent lieues moins guère de l'avant jusqu'à l'arrière, un mousse aurait mis cent ans pour grimper dans ses haubans... On a bien fait de l'occire, ce sacripant  de navire... Car s'il existait encore, nous serions tous à son bord..."

Cette chanson fut peut-être chantée par votre père au-dessus de votre lit en bois quand vous aviez trois ans, de sorte que les navires vous furent étrangement familiers, comme la haute mer vue dans les pages des livres où les pirates pourrissent en cage de fer... Vous connûtes des îles où l'on enterrait des doublons d'Espagne, des diamants bruts et des perles arrachées aux fiancées de Séville qui avaient été expédiées au nouveau Monde avec des caisses de Zurbaran... Trois mois d'Atlantique, une halte dans un couvent de Carthagène, dix semaines sur des mulets pour voir le Pacifique, un autre navire allant jusqu'aux Philippines, quatre mois peut-être jusqu'à Manille aux églises folles, aux couvents peu surveillés et aux moines de sac et de corde. Avec de la chance les belles d'Espagne arrivaient encore vierges au mariage pour de fragiles alliances entre des familles séparées par une demi planète... Car s'il fallait de la chance pour qu'une fille passe la vingtaine et trois accouchements à Madrid, que ne fallait-il pas sur des navires bondés, secoués et poursuivis ?... pour passer des forêts étouffantes, boire des eaux malades, pourrir sans espoir dans les calmes plats, ouvrir enfin ses malles dans des maisons de bois visitées jour et nuit par les serpents, les araignées et les tarières... Curieuses Espagnes sur lesquelles ne se couchait pas le soleil... Incroyable écartèlement des corps et de la langue !... Trois ans parfois pour qu'une recommandation hâtive recoive une réponse immédiate... Tout Gouverneur agenouillé devant son Roi, savait que les retrouvailles se feraient aux cieux... Des hommes à perruques, rubans et talons rouges tinrent d'une main ferme un bâton d'amiral, habillés de ruineuses dentelles impropres à la guerre, allant aux abordages, portant vaille que vaille l'or et l'argent dans Séville... Parfois sur les dunettes passait une infante vêtue pour la revue des flottes au large de Cuba...

 
Comment naissent et meurent les peuples, flambe la jeunesse, disparaissent les craintifs? Tout suffit aux vieillards... Mais que suffisait à Fernando Cortès brûlant ses vaisseaux sous les yeux de sa maîtresse indienne? Quel autre que Bonaparte pour se faire voir du haut des Pyramides? Pensez aux paquebots à roues débarquant des épouses hollandaises en mer de Java, dont celle du nommé Dubois découvreur de Pithécanthropes... Vous rappelez-vous Loulou, Prince Impérial, trahi par une mauvaise sangle et percé par les zoulous?... Tel maréchal de France, dont Clémenceau jura qu'il eut toujours des couilles au cul, même quand ce n'étaient pas les siennes...
Où sont les "bons" peuples et les "bonnes" Histoires?... La République des petits saints bronze entre le Lubéron et l'Ile de Ré, tord le nez devant notre passé d'orgueil, plaide coupable de nos victoires... "Nous ne sommes que des mouches..." disait un sénateur usé devant une montagne de cochonnailles... C'est dans Pétrone , repris par Fellini... Certes notre Sénat n'est pas celui de Rome, mais si Paris valut une messe ce ne fut pas en baillant... 

Mensonge peut-être, comme sont mentis nos ancêtres Gaulois et d'autres fariboles d'instituteurs... Mais il faut des moulins à vent et des illusions pour supporter la saine fatigue d'être un peuple et faire du pataouète de banlieue trois phrases de Molière... Les Français ont-ils envie d'être ensemble?... Ils sont avec personne et avec tout le monde, ils détestent leurs pauvres, ils aiment ceux des autres... Ils adoptent à dix mille kilomètres et crachent dans la soupe. On ne compte plus les bedaines qui prêchent la pénitence et les queues basses qui chantent l'amour universel... Au fond de ce panier grouillent les minorités, les identités... toutes écrevisses marchant à reculons comme jadis les corporations, les provinces, les privilèges...
Les grassouillets partent sans payer, s'installent à Londres et à Bruxelles... Les vaches regardent le TGV... Un ministre annonce que la dette passe les 3000 milliards... Le Charles de Gaulle fête Trafalgar avec une hélice tordue. .. L'Education Nationale fête ses pourcentages dans le coma, comme Vichy fêtait ses jeunes filles ... Nous voilà mûrs pour un peu d'Histoire, une kermesse de méchancetés collectives, d'ouverture des armoires à balai... Les banlieues ont envie de promenades aux flambeaux... Qui la République fera-t-elle sauter sur ses genoux ? un nabot ? une dame de pique ?... Un gigot ?...Il se pourrait que la France se réveille avec la fringale...



ON A VU PIRE ?....








" Vous n'allez pas me croire, le Président m'a parlé de vous, il voulait trois pages sur les violences urbaines pour demain..." Maximilien se tenait au bord de la fenêtre et comme d'habitude, regardait sans voir.
Bôzes était enfoncé dans le canapé de Lyautey, offert au ministre par le roi du Maroc, avec son ordinateur sur les genoux. Il eut l'air de ne pas entendre, son pied droit battait la mesure et un sourire de satisfaction l'accompagnait à mesure qu'il suivait un texte en lettres bleues sur fond jaune..." C'est un blog, Max, une fille qui a tout vu tout entendu... vingt cinq ans... elle écrit mieux que Debray, Sollers, Desforges et consoeurs au même âge... j'en passe... Elle raconte la vie dans son quartier pourri... elle fait parler ses copains...elle a été l'élève de Jude Stéfan dans un lycée de sous-préfecture... elle bosse dans le dix-neuvième vers Max Dormoy... Pas mal, pas mal!..." Il releva les sourcils en direction du ministre, posa l'ordinateur sur le guéridon, croisa les mains sur sa nuque et dit avec lassitude " Maximilien je viens de recevoir un appel du Nain-jaune, il me demande lui aussi de faire une synthèse, il dit à tout le monde que Bel-Ami promet tout à n'importe qui, qu'il dit "nous" au lieu de "je"..., que sa fille pose dans les magazines et que le fiston prend de la hauteur..." 

Le Ministre leva les yeux sur le Philippe de Champaigne. Il se proposait de relire Saint-Simon... Il pensait au père de Montaigne qui sautait armé sur son cheval à près de quarante ans. Il s'étonnait de l'incroyable vigueur du premier dix-septième siècle, du rayonnement d'une langue qui durerait encore trois siècles... Il avait la nausée des proses contemporaines, sèches comme des triques ... proses de culs serrés, proses d'avocats du bon Dieu et de comptables, proses à tout faire du politiquement correct... proses des traîtres à l'homme et aux bêtes... proses morales d'épaves entretenues... proses de bons à rien sauf la prose... " Notre classe moyenne ne veut plus rien savoir, la France les ennuie, ne les intéresse pas, l'Europe non plus... ils sont essoufflés dans la tête, retraités avant l'heure... truqués par des erzatz de socialisme, de religion, des montagnes de culture pour demi-cons, ils n'ont d'amitié que pour leurs fesses... De quoi exciter les serials-killers... Au contraire le sac de noeuds des banlieues grouille du pire et du meilleur. " 

Bôzes trouvait qu'il y allait fort, mais ce qu'il aimait chez Maximilien, c'était sa façon de flamber la paperasse des énarques :"Max, il va falloir en finir avec la fausse égalité, appeler un chat un chat. Les arabes ne sont pas des gitans et les noirs ne sont pas juifs... Les harkis ne sont pas des immigrés, les roumains pratiquent l'honnêteté à leur manière et les chinois de Paris sont immortels... Ce n'est pas simple d'expliquer à un alsacien que les corses font partie de la famille... On me signale à Toulouse, c'est une bonne soeur qui m'envoie la nouvelle... une tour de quinze étages où les services sociaux ont mis des harkis, des manouches, des arabes et des maliens ensemble ! les ascenseurs sont cassés tous les quinze jours! ils en sont à dix réparations depuis juillet! on devrait tenir compte des ethnies et des cultures... vous avez affaire à des jacqueries de frustrés... tout cela va durer tant que la bourse grimpe avec le chômage ... priez pour qu'ils ne s'organisent pas trop vite parce qu'avec des chefs, du fric et un argot efficace ils auront de vraies armes... Il ne suffira pas d'entraîner le 27ème bataillon de chasseurs alpins à la guerrilla urbaine...Il faudra dix régiments avec le tiers des hommes provenant de l'immigration !...  Max, la République n'a plus vingt ans, le cheveu noir, la poitrine généreuse, la corne d'abondance à la main.. elle est blondasse, liftée, vaguement institutrice... et fauchée... elle ne sait plus danser, caresse ses chats et ne regarde plus les hommes... Max si la politique ne fait pas bander, la société finira sur le trottoir..."
Maximilien ne répondit rien. Il regardait immobile les bleus et les verts du Philippe de Champaigne, il se tourna un peu, une larme s'arrêtait de justesse derrière ses lunettes :" Enfin Bôzes, on a vu pire , non?..."

BLEU GAULOISE ....






" Qu'en pensez-vous?..." Maximilien fit un signe de la main vers le guéridon qui servait de maison de la presse dans le bureau du ministre. Il s'était approché de la fenêtre et se penchait un peu. Les énarques avaient perdu trois jours en discussions interminables. On était mardi. Demain le Président finirait le conseil par un coup de gueule:" Je veux tout savoir sur cette connerie, on se voit demain à neuf heures..."
Bôzes l'avait prévenu. Les journaux tiraient sur le scandale de la veille au Stade de France. Un poète connu et une jeune romancière s'étaient précipités pendant qu'on jouait la Marseillaise, ils s'étaient rangés près de l'équipe de France et déshabillés en quelques secondes... Cinq millions de téléspectateurs, l'ambassadeur d'Allemagne, des invités du ministre des sports et le Président lui-même les avaient vu brandir un cornet de glace à trois boules bleu-blanc-rouge, tourner sur le rond central et dérouler un calicot énigmatique où on lisait " Vive la Pelouse! ". "Max vous savez que ce malheureux tire à 900 exemplaires chez Gallimard... c'est une des plus fortes ventes de poésie française... et il en reste 500 sur les bras des libraires... calculez avec moi le pourcentage d'étudiants et de profs qui se privent de poèmes... Pas mal, non? " Bôzes serrait les lèvres. " Gosse, j'ai connu des garde-barrières et des ouvriers agricoles qui lisaient Victor Hugo. Cet été j'étais avec une ancienne de H.E.C qui passait et repassait Madonna dans sa Peugeot, dans sa cuisine et dans la salle de bain... J'ai déserté pendant la sieste et je ne sais plus ce qu'elle devient"
Maximilien connaissait la chanson, il avait des amis chez les Goncourt depuis que sa femme y laissait du Chiroubles, il avait rencontré des directeurs de revues littéraires à Venise et à Marrakech... "Bôzes, foutez-nous la paix avec cette histoire de pelouse... Je viens de recevoir les infos du réseau Proust, le prévisionnel sur 2020 est bouclé, on a pu le rafler à Londres grâce à la copine du nain-jaune... Lui n'est au courant de rien. Comme convenu, on le laisse pédaler dans la choucroute avant les élections... Farinaci m'a raconté que les corses lui promettent la lune en échange de quelques abandons d'enquête... Les nationalistes sont à cours de fric et d'idées, il leur a laissé entendre que s'ils cassaient  la CGT et faisaient semblant de fricoter dans le social on pourrait faire traîner les dossiers... Bel-Ami est dans une colère noire et le Président compte les coups..." Bôzes souriait en tournant une règle entre le pouce et l'index :" Pas mal, pas mal, Max!... mais dites-moi le papier de Londres, qu'est-ce qu'il raconte?"
Le ministre s'était calé dans son fauteuil. Tourné vers le Philippe de Champaigne, il laissait son regard circuler sur le tableau. Il venait de se rendre compte que tout y était pour détruire la symétrie, faire une sorte de mouvement perpétuel qui relançait la vision à chaque passage et suivait des pistes différentes selon qu'on s'était fait prendre par la couleur ou par la forme... Il plongeait dans le bleu gauloises de la tunique, un bleu étrangement moderne qui virait aux gris orangés dans les hautes lumières et se contractait de violet de cobalt dans les ombres. Ce bleu s'insinuait partout avec des variantes , se réchauffait dans les ciels ou venait s'alourdir aux pieds du vieillard sur la panse d'un vase à motifs dorés. Les chairs s'en sortaient avec un relief magique et le sang qui circulait dans ce corps était actif comme un rouge qui aurait été dissimulé partout sous les bruns et verts du paysage... Il se dit une fois de plus que l'Art ne sauvait que les sauvés, n'empêchait ni les guerres ni les famines, que l'horreur était aussi utile que la beauté... 
" Je devine ce que vous ruminez, lui dit Bôzes avec un accent de tristesse, il n'y a rien de chaleureux dans la connaissance, je n'y trouve que de l'effroi... Quelle que soit la manière, la vérité c'est Méduse sur un bouclier... Il faut aller vers nulle part... plonger sans retour dans une mer inconnue... compter sur la Grâce... Comment faites-vous pour aimer les hommes?... "
Maximilien devint grave et souriant :" J'en rencontre de temps en temps qui ne savent pas où ils vont..."

BENBOW .....









.............."Dites-moi, Bôzes, vous qui savez tout..." Maximilien s'était approché de la fenêtre, il se penchait un peu, le menton entre le pouce et l'index.
Bôzes avait l'habitude. Le Ministre s'énervait le mardi. Le Président se tournerait de son côté avec l'air de ne pas y toucher, attendrait la fin du Conseil : " Maximilien je veux tout savoir, on se voit demain à neuf heures..." " Monsieur le Ministre, nous avons peu d'éléments, Saint-Paulin m'a téléphoné la semaine dernière, le Nain-Jaune a la migraine, son équipe n'a pas travaillé là-dessus et à gauche ils sont aussi courts que nous sur la question..."
" Je me f... de toutes les migraines du gouvernement et de l'opposition, je veux de quoi tenir deux heures et lui laisser du grain à moudre... "

Le Président avait du flair. Une amie de jeunesse, peu farouche mais tombée en religion, lui avait glissé entre la poire et le fromage que les états-majors du Secours Catholique et d'ATD Quart Monde préparaient un pavé de six-cent pages sur les pauvres de France, bourré de toutes les statistiques que Bercy et l'Intérieur cachaient depuis des années. Quand les Socialistes repiquèrent à droite, des guêpes lâchèrent que la gauche était en retard d'une guerre et en avance d'une trahison... La droite, en son temps, avait fermé les yeux sur la désindexation du dollar et l'écrabouillage programmé de l'Etat Providence... elle les écarquillait sur l'incroyable tour de passe passe qui permit de désosser la classe ouvrière dix ans après soixante huit... Il fallait se rendre à l'évidence : elle était aussi facile à réduire que le fut la paysannerie millénaire... Le peuple s'écartant de la politique, les élus se firent élire de père en fils et les victimes basculèrent chez Le Pen... L'eau dans le gaz, ce n'étaient ni la Pyramide du Louvres, ni le sang contaminé ni les hélices du Charles de Gaulle... Le président voyait venir :" Qu'est-ce qu'on va faire des pauvres ? Ils vont se taper des pommes ?..."

"Vous savez, Max, le danger c'est qu'ils aient des idées. Ils vont à l'école jusqu'à seize ans et bien qu'on les prive de connaissance , qu'on les gave de discours sur l'esclavage, le racisme, les discriminations, la planète qui fout le camp, les amphibiens, les baleines... Ils restent bons pour le zapping... Au fait, Je vous ai retrouvé cinq lignes de Benbow, il écrivait ça en 1832:
.............." Si nos seigneurs et maîtres ont de très bonnes raisons pour nous maintenir dans l'ignorance, nous en avons de plus fortes encore pour acquérir la connaissance... Le savoir dont nous avons besoin est très facile à acquérir; ce n'est pas celui qu'on acquiert dans les écoles ou dans les livres... La connaissance dont nous avons besoin est celle de nous-mêmes : la connaissance de notre propre pouvoir, de notre immense puissance et du droit que nous avons de mettre en action cette immense puissance"

"C'est cruel, Bôzes, on se tape autant de pauvres qu'au temps de Victor Hugo, les prisons débordent! Mais dites-moi, ce Benbow, c'est l'inventeur du terrorisme ou quoi? "
" Non, Maximilien, de l'action de masse... Je vous dis qu'un de ces jours vos pauvres finiront par penser ensemble, qu'ils détesteront qu'on leur refile du porno et du "vas-y mon gars!..." en guise d'économie politique... Vous aurez des sabotages sur les bras et des villes à surveiller sans pitié... et je ne parle pas des frontières..." Le Ministre se leva sans répondre, il s'approcha du Philippe de Champaigne... il s'attarda sur les arbres, le bleu de la tunique, les passages subtils d'ombres à lumières et de formes pleines à contours de nuages, le vieillard athlétique au regard aiguisé par les jeûnes et les textes. Il ne comprenait toujours pas comment sortirent des images aussi raffinée d'une époque aussi dure.
" Bôzes, vous croyez vraiment ce que vous dites? "
" Maximilien, il n'y a plus rien entre les pauvres et nous... Avant il y avait un fleuve, une mer, des océans... et Dieu... Il va falloir trinquer ou tirer dans le tas. Vous imaginez la République, se tapant des sardines à la cave et finissant les restes?... Voilà ce que vous devez dire au Président."

4.24.2014

EN FAMILLE ....








L'oeuvre des hommes est une vague imitation de celle des dieux. Par exemple nous faisons pousser des courges sur du fumier. A l'âge d'or, il suffisait de tendre la main pour cueillir les fruits de la Terre, nous n'étions ni nombreux ni pressés... Y-eut-il un âge d'or ? Rien ne le prouve... Mais il faut quelques beaux mensonges... Les pères nobles, les saintes femmes, les bergères et les princes charmants nous protègent de nos démons, comme les épousailles nous protègent des orphelinats... Contre les loups nous avons inventé le feu et la famille pour faire pièce aux embuscades et aux mauvaises rencontres... Puisque les sexes vont par paires, autant que ce soit à domicile ... D'autre part les pauvres bougres ne sont pas fainéants : quand la technologie le permet, ils se battent. Les forgerons furent accoucheurs de Noblesse car les épées permirent aux féroces de capturer des épouses et de soumettre les tranquilles... Les rois, premiers entre les égaux, surent aussi s'entourer d'hommes de plume et d'hommes de lois. Car les encriers sont à la longue aussi efficaces que les hallebardes et parce que l'argent qui fait le bonheur des états, permet de forger des canons, d'équiper des vaisseaux et d'entretenir des ambassadeurs... Mais un jour les plumes se mirent à courir sur des cahiers de doléances réclamant la fin des impôts et des réquisitions militaires. Pour tordre le cou des bons à rien on coupa celui des têtes royales, on doubla les taxes et on rassembla des millions de paysans sur les champs de bataille de l'Europe... 

Les humbles purent enfin voyager de Madrid à la Moscovie, porter d'autres habits que ceux du dimanche et chanter " ça ira!" sur des routes jadis fréquentées par Mozart et Casanova. Les enfants du peuple avaient échangé 200 000 parasites à particule contre deux fois plus  de fonctionnaires chargés de faire appliquer la "volonté générale", celle des bureaucrates, préfets, ministres, colonels, inspecteurs de police, receveurs des contributions , directeurs des beaux-arts et autres bras du Pouvoir... Romanciers et poètes, les plus sensibles aux changements de saison, surent dans ce monde neuf composer les chants les plus beaux et les plus désespérés... 

On n'arrête pas les progrès du Politique, aussi nerveux que les machines et les explosions urbaines. Mon grand-père naquit en 1864, au temps de l'impératrice Eugénie et avant le canal de Suez, il mourut en 1945, année zéro de l'Europe, de l'atome et de la civilisation... Il est probable que je verrai le gulf-stram prendre des vacances, la moitié des français saluer des patrons chinois ... l'autre moitié perdre l'entière  mémoire de nos grandeurs... On ne peut guère s'échapper de son temps et si Rome n'est plus dans Rome, il ne sert à rien d'empiler des lois pour interdire l'amnésie, de distribuer des langues de bois pour chanter que "Tout va très bien..." Mais il y a mille façons de se moquer du temps, il suffit de commencer en famille...

NI CESAR NI ALEXANDRE ...








Il n'était ni César ni Alexandre. On prétend qu'il naquit d'une vierge et que cette fille-mère avait été prévenue de son arrivée. Il aurait appris le métier de charpentier, mais à l'âge d'homme il se lança sur les routes et se mit à parler. Le monde n'a jamais manqué de bavards ni de prophètes. Mais ils répètent ce que l'on sait : que la vie est brève, la jeunesse étourdie, la vieillesse un naufrage... Qu'une hirondelle ne fait pas le printemps et qu'il n'y a pas loin de la douleur au plaisir. Voilà justement ce que nous n'aimons pas entendre et que nous savons cependant sans nous rendre à l'école car il suffit de naître pour avoir de la peine ... 

Celui-là fut d'une autre trempe. Il eut tant pitié de ses semblables et les trouva si stupides qu'il choisit de leur raconter les plus extraordinaires sornettes de tous les temps. Il dit qu'il venait du ciel pour remettre les compteurs à zéro, que son père avait accepté sa métamorphose et pour prouver aux hommes qu'il ne parlait jamais pour ne rien dire il ajouta qu'il mourrait comme eux et qu'après trois jours de linceul il reprendrait ses esprits. Il s'arrangea pour excéder les notables et les instruits en racontant des histoires inadmissibles où les riches ne risquaient pas plus de passer par le trou d'une aiguille que d'accéder à la vie éternelle, alors que les pauvres et les simples raflaient toutes les mises... Passe encore de promettre la lune à qui n'avait rien, mais il fréquentait des prostituées et s'entourait de désoeuvrés. On raconte qu'il fut capable de changer de l'eau en vin, de ressusciter des morts et de remplir d'énormes corbeilles de pain et de poisson le dos tourné... Mais le pire fut qu'il pria les maîtres et les esclaves de s'aimer les uns les autres... Un tel mépris des réalités le conduisit à la potence. On le couronna d'épines, on lui cracha à la gueule, on le fit "Roi des Juifs" en l'affublant d'un manteau ridicule. Puis il dut gravir une colline en portant une croix sous les quolibets, comme le dernier des derniers. On le cloua sur ses bouts de bois jusqu'à ce qu'il meure convaincu de son impuissance... L'histoire aurait pu s'arrêter là mais son cadavre disparut trois jours après : quelques bonnes âmes crurent à sa résurrection, quelques autres eurent des visions et tous ceux qu'il avait enseignés se lancèrent à travers l'Empire pour répéter ses paroles, dire qu'il avait pris sur son dos l'abomination des hommes et qu'ils étaient libres de tenter leur chance pour une vie meilleure... On raconta tant de choses sur son compte que les bibliothèques suffirent à peine, que les empereurs furent obligés de baiser les pieds de ses héritiers, de leur construire des palais, d'y brûler des parfums, d'avouer que sur un trône céleste gardé par les anges, il rendrait la justice à la fin des temps, vêtu de soie et d'or, terrible avec les méchants et juste avec les justes...

Tel fut le plus extraordinaire menteur de tous les temps, croyant à ses mensonges et dévoué corps et âme à ceux qu'il prenait pour ses créatures, convaincu de leur cruauté, de leur orgueil sans limite, de l'extrême légèreté de leur conscience et de leur mémoire... Il joua tous les rôles, sautant sur les genoux de sa mère, redoutable dans la discussion, faisant des miracles, soumis au fouet et torturé à mort... Son numéro ne s'arrête pas là puisque son cadavre s'évanouit du tombeau et que de temps à autre il se montre aux âmes de bonne volonté... Il est sur toutes les routes, à tous les carrefours où se croisent les hommes, n'en finissant jamais d'avoir réussi son coup, penché sur le côté de sa plaie, plus humain que tout le monde car abreuvé d'injures , plus dieu que jamais car cible de tous les diables... On pique-nique sous la croix, on y  apporte des fromages et des saucisses, on y boit des vins ambrés et on y guette les reins des pécheresses... tranquille à cause de l'Autre, qui donna son corps à manger et à boire.....



PRINTEMPS ....






DES JARDINS ....







.........................................Les jardins durent plus longtemps que leurs jardiniers. On se promène à Versailles, les nymphéas de Monet flottent toujours sur les étangs de Giverny. Il n'y a pas de village sans jardin, ni de grand homme loin des squares. Qu'est-ce que cela veut dire? A Babylone ils étaient suspendus, furent des merveilles du monde. L'Homme raconte qu'il naquit dans un jardin, qu'il s'y réveilla près de la première femme. Ils y goûtèrent aux fruits amers de la connaissance, ayant parlé au Diable et choisi de quitter l'enfance... Ils en furent chassés comme des malpropres par un névrosé. Il y eut d'autres jardins extraordinaires comme celui de la Dame à la licorne ou ceux de Jean de Berry dans les Très riches Heures... Les Humanistes déclinèrent du grec et du latin dans l'Hortus Quadratus des aventures de la Renaissance. Se multiplièrent les labyrinthes sous les châteaux, propices aux baisés volés. On y vécut ce que vivent les roses, on y donna de l'épée, on y récita des vers et on y soulagea les ventres fatigués ... La Nature fut ainsi amicale, habitée de nymphes et de cortèges  pour Cythère, complice des divinités et des hommes.
Les jardins d'aujourd'hui nous ressemblent, plus doués pour le spectacle que pour la méditation. On y convoque les signes de notre compréhension des choses, on s'y donne rendez-vous pour dire son amour de la planète et de la société... On les peuple parfois d'objets révolus comme si les mondes passés rassuraient davantage... Nos cruautés restent aux portes  et n'y entrent que nos bonnes parts plus un peu de drogue, de seringues et de nostalgie... Il n'est pas dit que nous sommes humbles dans les jardins, moins fous, plus charitables ou plus heureux, mais nous les aimons parce que lieux supposés d'enfance et de repos, dévoués aux corps, modèles réduits d'un agencement désirable du monde......


4.14.2014

LES JOURS ....




Les empereurs de Rome avaient les pieds sur Terre et un sixième sens de la Politique. "Je sens que je deviens dieu" dit à la veille de sa mort Titus Vespasianus, qui remplit les caisses de l'Etat en taxant les pissotières, sources intarissables. "Ai-je bien joué la comédie de la vie ?..." demandait Octave Auguste qui avait raflé l'Orient et l'Egypte de Cléopâtre, perdu trois légions en Germanie, fondé l'Empire et engendré des filles impossibles. "Quel artiste périt!" gémit Néron, le poignard sur la gorge, qui avait chanté l'incendie de Troie sur les terrasses du Palatin devant un brasier de la Ville éternelle, livré les chrétiens aux bêtes, parcouru la Grèce avec une cithare en char et costume d'Apollon... On ne peut pas en dire autant de Louis XVI dont la tête roula dans le panier des droits de l'Homme, tenu aux anses par des citoyens vertueux.
Il y a des vies longues et courtes. Le manège tourne. On grimpe. Un monsieur ou une jeune fille font gigoter un pompon. Si on se lève au bon moment, on l'attrape pour gagner un tour. Faire des tours et des tours, c'est la vie mais tous les manèges ne sont pas équipés de pompons. La ronde présage de sa fin. Pour les enfants ce n'est pas grave car le monsieur qui est aux commandes a le sourire. La Terre ne fait que des tours, nous ne le savons pas depuis longtemps et la moitié des hommes croient que le Soleil tourne autour d'eux comme la roue du Destin. Les étoiles ont la cote depuis que des rois mages ont suivi celle de Bethléem jusqu'à une étable. Le manège des grandes personnes les entoure. L'enfance , l'amour et la mort y jouent les trois temps de la valse. Le reste n'est que décor, clins d'oeil et petits signes. C'est une valse étourdissante où les aveugles voient des mirages, où le pompon fait curieusement gagner de la solitude et du silence...
Nos étoiles ne sont plus chamaniques, nos astrologues gravissent des montagnes de mathématiques, traversent des mers de philosophie, entassent des mégatonnes de livres et de disques durs... Les fruits de la connaissance nous ont virés du paradis terrestre : nos amours sont enfants de Caïn et nos plaisirs ne s'éloignent jamais de notre nombril. L'histoire de nos bonheurs tient sur quelques timbres-poste. Nous sommes abusés par nos foules, réduits à de pauvres chimères: les peuples élus, les vertus citoyennes et les profits planétaires... Deux siècles de progrès techniques, de chants d'amour et de liberté n'ont empêché ni les avions de chasse, ni les tanks, chambres à gaz et feux nucléaires ... Nous avons converti les armes chimiques en produits phytosanitaires, nous vivons dans une soupe de molécules cuite par des sorciers amis des banques ... nous trafiquons les gènes et le sport... Nos innocents sont aussi dangereux que nos traîtres, nous tournons en boucle dans le diaporama des blancs rateliers de "stars", des vulves poilues ou sans poils, des pines en l'air sous des abdominaux en tablettes de chocolat... des têtes de mort dans les métros et les médias... L'affaire semble jouée, définitive : 1 pour cent de Goldman S... ou l'équivalent en guise de créateurs, 9 pour cent d'instruits pour relayer  les décisions et les exécuter, 90 pour cent de "consommateurs-citoyens" qui marchent au sifflet des médias, n'ont rien à comprendre et pas grand chose à faire, alourdis de cul, d'alcool et de dope... Car les clones ont du coeur, c'est connu, des sentiments, des petites faiblesses... Ils sont aussi vulnérables, à la merci d'un accident de laboratoire...  Tel pourrait-être le lendemain qui chante . L'écart des savoirs est en accélération constante... Suit l'exponentielle obésité de la " Communication", les marées d'images et crues de phrases creuses. L'épouvante naîtra d'un arrêt de la machine à tourner en rond, puis de la faim et de la soif... Nous aurons des vierges cannibales.

3.10.2014

FLEURS ...





Des créatures sous le soleil prennent des formes, jouent de l'ombre et de la lumière comme si le jour et la nuit n'existaient plus, se donnent des volumes surprenants, accumulent les courbes et leurs contrepoints, ondulent au vent, s'ouvrent sous le ciel, laissent voir et frémir les parties les plus intimes de leur chair... Leurs apparences fort singulières se doublent de parfums sauvages ou savants qui attirent l'attention bien avant qu'on les respire. Cet exhibitionnisme a quelque chose de sacré quand il joue avec le nombre d'or, on ne sait quelle divine proportion si différente de nos symétries habituelles. On dirait que ces créatures sont à l'apogée de leur existence, que pas une de leurs cellules n'est en trop ou en moins, que le temps s'arrête et que l'espace vibre autour d'elles d'une musique qui les traverse et les copie. On sent qu'il faut s'en approcher, que nous sommes invités à une visite sans fin, que notre curiosité sera merveilleusement récompensée, qu'on nous réserve les meilleures places du spectacle... Nos ancêtres y furent attentifs bien avant de savoir compter et faire des phrases. 
Les néandertaliens aimaient les fleurs et en disposaient sur les morts. Cette complicité de la nature et des hommes est universelle depuis que nous avons le goût des métaphores. On se parfume et on s'habille... De miracle en miracle un singe devint Apollon et sa guenon se tint sur les eaux comme la Vénus de Botticelli. On essaie d'imaginer l'immense succession des regards lancés par l'Australopithèque et finissant sur les tapis rouges de la Haute-Couture... 
On ne peut voir ici que divines interventions et force mythologies, car la Nature nous est aussi étrangère que les galaxies lointaines. Nous sommes encombrés de vieilles lunes car nous désirons dans les fleurs d'autres nous-mêmes, fort satisfaits de nos apparences et persuadés qu'une mère attentive et nourricière veille sur nos plaisirs. Lucrèce et Virgile l'ont chantée à leur manière , Hippocrate la saluait bien bas et Rousseau qui n'y connaissait pas grand chose, versait des larmes rien que d'y penser. La Beauté fut là où se débrouillait la vie avec adresse et imprévus,  construite dans les formes et les contours, saisissable comme une mélodie, passant les murailles et affolant les jours ordinaires. Nous fûmes ainsi consolés de notre brièveté et de notre inachèvement. 
 L'ignorance facilite les consolations. Pygmalion ne perçut pas de limites à son désir. La foi des charbonniers remue des montagnes. La Beauté est donc plus certaine que l'absolue froideur et indifférence des astres. Casanova fit ses classes à Venise, des lords moururent ayant vu Naples et dans la course au chef-d'oeuvre on peignit les femmes en récitant des vers... Les âmes ne se fâchaient pas de hanter les corps et la Beauté frissonnait dans les statues de Praxitèle et Canova... Des hommes pressés de tout savoir, bardés d'optique et de chimie s'approchèrent davantage des fleurs... La Beauté devint moderne à force de jeter les yeux sur les locomotives et de s'extasier sur les performances des canons Krupp... Les fleurs apparurent pour ce qu'elles étaient : des machines à capturer les mouches et féconder les plantes... La Beauté changeait de camp:  les sourires s'adressaient aux premiers imbéciles venus et les mines se refermaient dès que l'ovule avait son compte... La fantaisie sera-t-elle encore de ce monde, car  il n'y a de divine surprise que si l'on ferme les yeux et se trompe d'aventure?
Mais tant qu'à faire de vivre un peu, soyons princes et sauvons les bergères... Les illusions rendent moins fou que l'absolue vérité.




3.08.2014

TRISTESSE, TRISTESSE .......






Ma tristesse n'est pas infernale, elle traîne. Je n'ai aucune raison de me révolter, ne suis pas romantique. Les chagrins de l'Amour ne m'ont jamais crucifié pendant trop de mois. Je suis sous une espèce de lumière qui baigne les choses et les gens que j'aime. Cette lumière venue d'une accumulation imprudente de savoirs trop variés, me montre d'abord le peu de valses qui me restent pendant que tournent sur elles-mêmes les beautés du monde... C'est dans l'ordre des choses, il ne fallait pas naître et grandir.  J'ai préféré les parfums , les couleurs et les bonnes températures à la nuit noire. Je ne regrette rien, même pas d'avoir cru au diable et au bon Dieu, car les mensonges délient la langue et entre menteurs les conversations donnent du relief au temps qui passe. J'aurais été malheureux de me rendre à la mort trop tôt, n'étant pas fait pour les champs de bataille, les courses de moto, encore moins pour de précoces maladies mortelles, bien que j'aie résisté de toutes mes forces et d'extrême justesse à perdre la vie sans antibiotiques... J'avais moins de deux ans, personne ne put choisir à ma place et mon destin paria sur l'avenir en sortant de l'oeuf.
..........Attentif aux subtiles variations des saisons et des institutions, je navigue au près du grand âge en ne jalousant personne, conscient qu'avec ou sans progrès les deux tiers de mes collègues ont passé l'arme à gauche, que j'ai vécu sans guerre mondiale ni choléra, mangeant à ma faim et buvant avec joie. Cela ne peut durer. Une grippe nouvelle viendra faire le ménage, un oriental se paiera une pétoire atomique, un ivrogne me coupera la route, je serai distrait... Ce qui m'attriste,  c'est que s'en ira ce que j'admirais, devenant invisible ou carrément rien, comme certaines odeurs de la campagne, musculatures de mains, allures de corps et tournures de langage... Que les bêtes sans résignation et sans peur iront au carnage, que les chats si savants ronronneront trop fort... Que mes amies si jeunes encore et toujours vives dans mes songes, n'approcheront plus leurs yeux lilas... Que mes enfants perdront des joues et de l'âme... Que les récits de mon père s'aboliront et les sons de sa voix... Que ma femme aura des chagrins cruels... Que personne après moi ne verra sur ses tréteaux, un jour d'hiver dans une église glaciale, le cercueil de ma mère plombé sur sa robe de tergal à fleurs bleues ... Que mes tableaux seront crevés ou en incertaine compagnie, que quelques restes de photos tomberont d'un livre pendant son transfert à la décharge ...
..........Les dieux meurent, les époques finissent à la ramasse et j'ai vu chez le brocanteur une colline de légions d'honneur dans une bassine de cuivre...
..........Que faites-vous contre la tristesse? Que pensait Pétrone, se taillant les veines, penché sur les cheveux dorés d'une esclave nubienne?...

SUJET .....







Ducruet, carnet.

Dix-huit dessins pour douze leçons des ténèbres ou un peu plus. Le sujet devient secondaire... écarté  pour qu'il ne reste que des notes, graves ou aigües, des arrêts de  respiration, des personnages-objets regroupés ou livrés à eux-mêmes, un temps suspendu... Des noms et des paroles illisibles, des scènes comme vues par un enfant de 8 ans et mises en mémoire pour un centenaire, neuves et prêtes à servir pour je ne sais quoi... Mais cependant digérées comme dans un ventre, en chaînes, hermétiques sur un fond de secrets,  comme les histoires qui se racontent dans une tête de peintre... Il faudra qu'il en sorte des constats, des transferts entre la création et la créature, la démonstration qu'en matière d'esprit et d'âme, d'alchimie, nous pouvons nous débarrasser du plomb , que notre légèreté tient dans la métaphore... Ce qui est moins désespérant que si nous étions soudés à  nos articulations, comme les bêtes et les bons élèves...  Douze à quinze toiles carrées, peut-être davantage et d'autres dessins ...

3.07.2014

L'INUTILE ...




Sur un bloc-note se suivent des dessins reliés par quelques éléments communs de mise-en-scène. Ils sont de même dimension, faits en vitesse et en série. Ils servent à laisser "passer" des images pendant qu'un songe avec des chanteuses et des musiques de Couperin se cristallise en famille de sensations, mesure des distances entre les détails, poids visuel des choses, de la volée des ombres contre les lumières, du saute-mouton puis des ricochets des formes les unes sur les autres, d'entassements, de températures, d'éclatements de couleurs, d'effacements et d'apparitions de signes.
D'ou vient ce répertoire indifférent aux conventions scolaires et académiques, vouant les entreprises et leurs pédagogues au sérieux des pisses de chien dans les flaques? Un musicien peut musiquer en tapant sur quelque chose. Des esclaves vendus aux planteurs chrétiens par des marchands juifs et déportés sur des rafiots chargés "d'ébène", tapaient sur des charrues pendues  dans les hangars avec toutes sortes de ferrailles agricoles; ainsi naquirent métissées de cantiques, de gigues écossaises et de chansons poitevines  les musiques américaines, promises à l'invasion de l'Europe et du monde...  Trois pianistes peuvent "casser du bois" en mettant trois pianos en résonnance... Je me rappelle que dans une forêt marocaine j'ai trouvé un violon au manche de  bambou monté sur une boîte de conserve avec trois cordes en fil d'acier...  Ce droit que les musiciens prennent, de faire du son avec ce qu'ils veulent, n'est pas si répandu en peinture... On s'imagine que le dessin s'apprend comme la mécanique et que les formes des musées sont des réalités en double... Mais rien n'est plus emprunté que les formes : les dessins d'enfants de 1930 ne ressemblent à rien de 1910...  Les travaux de jeunes, les boulots de trentenaires et un peu plus... pèsent le poids de l'époque et de l'esprit grégaire, le surpoids des professeurs, le chargement des camions idéologiques et des bétaillères économiques... "Savoir se vendre"... Or quand nous plongeons dans le social correct, les âmes se meurent et tout ce qui paraissait utile devient absurde, on sourit à la mort de toutes ses dents... C'est que le monde n'est pas aussi clair que la Pub, que la civilisation ressemble à des vols de canards dans la brume... 
Nos fêtes culturelles ont le sérieux des élections de Miss Baisy...  Mais Bernard Palissy brûla ses charpentes et ses parquets pour cuire sa faïence avec le dernier plancher... Tel est le plaisir des hommes et l'effroi des banques.



2.25.2014

DE BRONZE ...





Lorsque s'arrêtent les saisons, lorsqu'on n'est plus gelé, rincé, bronzé, venté, c'est qu'on gît sans lumière dans une dernière demeure, poussière débarrassée des meubles ... Il n'est plus question de désirs et de fleurs. Les moisissures mettent en loques les cache-misères. Par-ci par-là des traces d'anatomie, quelques ongles trop longs, une touffe roussie de cheveux ternes, le chicot qui crève un linceul et en guise d'activité le passage d'insectes pressés. La peur du noir est parfois si terrible qu'à de fausses fenêtres se montrent des fantômes de bronze, bleuis par la pluie , coiffés et habillés pour la noce... Ces désespérés mendient en quelque sorte l'occase de prendre l'air, victimes de leur amour-propre et d'un charlatan d'artiste qui échangea leur or contre dix mètres carrés de gloire... A moins qu'une épouse délivrée ne se fût délivrée davantage, s'étant payée la mine du seigneur et maître au pilori de son monument, noué dans sa cravate, privé de ses mains et du reste, admiré par des lapins.

SI PRES....

M.Ducruet, micro-Rembrandt. 2014.

Vous arrive-t-il encore de photographier en noir ? De résumer votre affaire en ramenant les choses à une calligraphie heureuse. Comment dire aux ignorants du livre et du papier que l'encre pèse un certain poids de lumière et que le rose jambon des videos coquines manque absolument d'ombres, voué à l'obscénité, comme le sont les verts épinard des photos de voyage, les rouges de corridas et les jaunes Maserati. Les stars des tapis rouges, aux bustes gonflés de silicones et arrondis comme des jaunes d'oeufs ont les couleurs relookées du politiquement correct, les genoux osseux sous le flash et le sourire blanc comme les neiges de l'Olympe et de Colombie. Les tronches pastellisées des présentateurs d'indigestes divertissements, le rayonnement vert ou bleu des yaourts bio et le rayon caramel des céréales qui facilitent le transit... Tels sont les bandeaux de nos arc-en-ciels de civilisés, de champions du monde  ou des militants du sexe à discrétion... Couleurs droguées pour drogués de la couleur, la Peinture devenant difficile dans les musées, cause des migraines aux néo-allergiques des gris et aux écraseurs de plate-bandes. Or la grâce est vision de passages innombrables entre les pôles et l'équateur, respiratoires entre les silences et les vacarmes. Il n'y a donc pas d'image de la Vérité, ni en noir, ni en rose, car il n'y a aucun pourquoi au jeu de la vie et de la mort...
 
A Redon, 10 000 habitants, les gendarmes ont interpellé 242 drogués l'année dernière...


2.21.2014

EN PAGAILLE ...








Nous avons inventé toutes sortes de crimes. 
Plus nous sommes civilisés, plus ils sont énormes... Nous battons la semelle aux quatre coins du monde pour en surveiller toutes les issues et veiller à la disparition des différences... Nous avons chassé nos ancêtres et les bêtes de notre voisinage, nous nous sommes refilé un Dieu unique, caricature de nous mêmes... Nous délirons sur notre puissance et la sienne, nous partons à la conquête interminable de l'univers, nous sommes le cauchemar et la stupeur du monde vivant. Il n'y a pas de limites à notre folie administrative, à nos appétits frénétiques, à nos besoins de besoins... Pour agenouiller la Terre nous avons inventé l'Homme avec un grand H, nous l'avons affublé de droits et trempé dans l'eau bénite et l'arithmétique pour le rendre universel... Nous l'avons déclaré supérieur, propriétaire des eaux et des forêts... Propriétaire de toutes matières et créatures, intermédiaire sacré entre la vie et la mort... Notre absence de modestie nous déshonore. Nous n'avons jamais arrêté de voler la Vie . Nous avons massacré, pillé, flambé ... Comme ne suffisait pas la gloire d'Alexandre dans l'imaginaire des morpions, les cow-boys et les tuniques bleues se taillèrent des croupières dans les chairs indiennes, jetèrent les peaux rouges et leurs bisons en enfer là où les conquistadores n'avaient pas encore donné de l'épée et de la rougeole... Nos amis anglais bourrèrent la Chine d'opium, se tapaient les cotons des Indes pendant que nous partagions avec eux les peuples d'Afrique... Nous avons eu le culot de nous dire serviteurs de Dieu comme l'avaient fait les spécialistes des mots de travers dans la Genèse et ailleurs,  de l'honorer pour avoir de bonnes raisons de rendre l'univers unique, monotone, soumis et commercialisable. Dans l'affaire l'Islam et la Chrétienté rivalisèrent d'ardeurs et de chirurgies afin qu'un bruit de cloches ou un appel de muezzin bouchent toutes les oreilles . On s'indigne de l'extraordinaire ravage de la shoah, dernier des génocides en date avant le Rwanda... On a déjà oublié la liquidation stalinienne de 10 millions de paysans russes, la "déportation" dans les "services" et le chômage de deux millions de paysans français... On croule sous les métaux lourds, les alzheimers, les asthmes, diabètes et allergies... La grande défonce de l'Occident a commencé sur lui même... Jamais cinglé n'a parlé plus clair que Georges Bush protecteur de l'Axe du Bien... Tout ce qui palpite dans les mers et vit sur terre n'a qu'à bien se tenir... A nous la bonne soupe, le blé d'Ukraine, les terres des autres ... A force de courtes vues frénétiques et d'appétits incontrôlés nous sommes anthropophages, empoisonneurs et semeurs de merde à l'échelle du système solaire... 
Il y a pire que le massacre des corps...On suce les moelles, on s'empare des cervelles, on y glisse les mêmes stupéfiants... On gonfle les ego de "culture" moyenne , on leur greffe le stock légal d'émotions, de désirs et de trous noirs... La pédagogie obsessionnelle des petites culottes, des stars jetables, des bouffes à chier, des "consoles" pour orphelins de la politique... En un mot , on "sociabilise" à tour de bras. 
Tel est le sale boulot de la "globish harmony", le décapsulage à outrance de l'ancien monde... Puisque le pire n'est pas arrivé, il faut qu'il vienne...
Pour que les rescapés du Bonheur mimétique passent à l'envie d'être singuliers, trouvent des confidents du côté des bêtes et des feuillages, se plaisent au courage d'apprendre et de contempler, il faudra des meurtres en pagaille.